Tout déplier Tout replier

 

Les Grands entretiens avec Clément Chéroux - jeudi 3 avril 2014
Aujourd’hui : Graciela Iturbide, photographe mexicaine née en 1942

 

Graciela Iturbide

photographe mexicaine, née en 1942 dans une famille de 13 enfants.

Nuestra

A regretté l’absence de la dernière épouse d’ Henri Cartier Bresson : Martine Franck*

Elle s’est fait connaître dans les années 60.

Elle a exposé :

- en 1982 au Centre Pompidou

- en Arles

- au Moma de San Francisco en 1990

- au Paul Getty Museum en 2007

- au musée de la photographie à Winterthur (Suisse) en 2007

Elle a été l’assistante de l’immense photographe mexicain :

Manuel Alvarez Bravo (1902-2002)

  • -*

A 11 ans, son père lui offre son premier appareil photo.

Ce père photographiait sa famille. La jeune Graciela lui déroba des photos pour en faire don à des religieuses dont elle suivait l’enseignement.

Elle était également fascinée par les photos-reportages de Life auquel ses parents étaient abonnés.

Elle avait envie de photographier, non plus des personnes mais des monuments, des églises ..

Sur les marchés aux puces, elle acheta très tôt des photos vernaculaires (des photos d’amateurs)

Elle parla d’une publicité Kodak :

"Il suffit d’appuyer"

Elle parla des "photos-sculptures" très en vogue dans les années 30-40.

Des portraits étaient collés sur des mannequins en bois, encadrés. Les cadres étaient souvent de style "Art Déco." ou "années 50". Ces photos-sculptures étaient vendues dans les villages. On les appréciait jusqu’en Colombie. Plus personne n’en produit aujourd’hui.

Ce qui la touche dans ces photos-sculptures : l’association Photo + art populaire.

  • -*-*

Mariée très jeune, elle avait déjà trois enfants, lorsqu’elle entreprit des études dans une école de cinéma.

Alvarez Bravo y enseignait la photographie. Personne ne suivait ses cours.

Elle était seule avec lui. Au bout du deuxième jour, il lui demanda :

"Voulez-vous devenir mon assistante ?".

Elle accepta.

Pour faire du cinéma, il fallait du matériel et une équipe. Pour faire de la photographie, il suffisait de posséder un appareil. Dés le lendemain, elle commença son apprentissage.

Alvarez Bravo était pour elle un "maître de vie". Il disait toujours "on a le temps, on a le temps" Ne pas se précipiter. Ecouter de la musique, regarder la peinture. Il lui a ouvert une porte sur la vie.

Son travail l’a convaincue.

  • -*-*

Sur le Surréalisme :

Diego Rivera et Frieda Kahlo, Trotsky ont rencontré André Breton lors de son "exil" au Mexique.

André Breton venu donner des conférences, n’a pas été très bien reçu. Il parlait d’un "pays sous-développé".

Invitée à exposer à Paris, Frieda Kahlo de retour chez elle, a peint une toile sur laquelle figurait A. Breton avec écrit en toutes lettres sur la toile : "dictateur"

Magnum laissait toute liberté aux photographes. Avec A. Breton, le Pape du Surréalisme, il n’en allait pas de même.

Non, ses photographies ne sont pas "surréalistes".

  • -*-*

Graciela ne vole pas les images. Elle aime que les personnes lui demandent de les photographier.

Elle aime les connaître avant.

Elle a également très bien parlé du rapport entre les Mexicains et la mort.

Des photos d’"anges", des enterrements, des corbeaux. Elle a perdu une fille de six ans et elle parle de tout cela avec beaucoup d’émotion.

  • -*-*.

Pour en savoir plus, sur cette grande dame de la photo, il suffit de taper Graciela Iturbide

  • -*-*-

Un très beau moment. Malheureusement, la traduction était parfois inaudible ..

jeudi 3 avril 2014

  • -*-*

(Martine Frank, dernière épouse de Henri cartier-Bresson - elle l’épouse en 1970 - est décédée le 16 août 2012)

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter